Ce que j’aime d’être savonnière

Ce que j’aime d’être savonnière – 23 août 2016

Dans mes savons, ce qui me plait le plus, ce sont toutes les étapes de réalisation. Ceux qui me connaissent dans la vie courant savent que j’aime les choses claires, bien rangées, sans ambiguïté. J’adore le mélange entre la routine méthodique scientifique et le côté créatif.

Il était donc normal qu’une activité qui demande de mesurer, peser, observer, mélanger en ordre, superviser, découper, sécher, peser, emballer, étiqueter me plaise.

Quand je savonne, je descends dans mon antre nouvellement rénovée, avec mon café, et je commence. Toujours avec la même méthode, je démarre la ventilation, je fais chauffer mes mijoteuses et je sors mes ingrédients. L’huile d’olive sur le comptoir, l’huile de noix de coco dans un bol d’eau chaude. Puis je mesure. La précision est importante. Si une différence d’un gramme d’huile ne changera pas votre savon, une différence de 1% donnerait un autre savon. Il faut donc être précis. Alors que les huiles réchauffent, je change de protection.

C’est le moment de la soude caustique. Je mets des gants plus épais que je n’utilise que pour la soude, des lunettes de protection et un sarrau à manches longues. Je prépare d’abord l’eau, puis, je pèse ma soude. Et je mélange. C’est mon moment préféré car j’aime voir la température monter sur le thermomètre à bonbon. (qui bien sur n’a jamais vu un bonbon de sa vie). Je prépare le reste alors que la soude refroidit.

Une fois les huiles et la soude mélangée, et il faut mélanger souvent, c’est le moment ou je me laisse inspirer. Pendant que le savon cuit, je prépare les moules et les fragrances.

J’ai souvent des commandes et des besoins en inventaires, mais le plus souvent, je me laisse inspirer. Parfois j’ouvre les pots de fragrances et d’huiles essentielles pour décider selon les odeurs. J’ai des jours roses et des jours bleus, des jours floraux et des jours de sels. Dans les jours roses je ne fais que des savons roses. J’aime créer les couleurs, les motifs, les textures.

C’est le moment le plus artisanal de ma pratique, car ils ne sont jamais pareil, un savon sera un peu plus bleu, le design sera différent selon mon humeur. Ils sont tous uniques et c’est ce que j’aime d’être savonnière, le mélange de l’art et de la science.

Un exemple de savon, Lilas noir, un savon au charbon et à la fragrance de Lilas
Un exemple de savon, Lilas noir, un savon au charbon et à la fragrance de Lilas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[]